010916_060_n&b.jpg

Biographie

Formé au TNS (groupe 37) c’est Pierre-André Weitz qui l’initie au chant.
Après son DEM, il poursuit sa formation auprès de Malcolm Walker, Mireille Delunsch, Emmanuel Olivier, Chantal Santon, et intègre en 2017 le Pôle Lyrique d’excellence de Cécile De Boever.

Il débute sur scène avec Les Brigands dans La Grande Duchesse de Gérolstein d'Offenbach (Le Général Boum) suivront Les Chevaliers de la Table ronde d'Hervé (Bordeaux, Nates, Angers, Limoges, Venise...) puis Mam’zelle Nitouche d'Hervé (Toulon, Nantes...) avec le Palazzetto Bru Zane.

Il a l’occasion de travailler avec Les Folies du Temps d’Olivier Dejours (Enée dans Didon et Enée, Purcell, Lully, Boismortier…) et l’ensemble Musica Nigella de Takénori Némoto (L’Arlésienne de Bizet).
En 2017, il crée l’opéra fantastique Forge, sur une musique de Gabriel Philippot (Opéra de Reims).

En tant que comédien, il rencontre notamment Olivier Py, Jean-Michel Ribes, Christine Berg… et fait partie des membres fondateurs du Nouveau Théâtre Populaire depuis 2009.

Il en va de même pour le Sacripant d’Antoine Philippot, qui excelle dans l’art de la pantomime et décroche un sourire à chaque intervention : il sait tout faire et offre de beaux passages musicaux.
— Olyrix
Etonnant personnage que ce Peer Gynt interprété par un Antoine Philippot bondissant, rebondissant, aimant, riant, buvant, criant, éructant, fulminant. Il a une soif de vivre rabelaisienne, une interrogation hamlétienne, et une angoisse beckettienne.
— Marianne, Jack Dion
Antoine Philippot est en Sacripant un héritier plausible de Claude Véga.
— Diapason
… Un des meilleurs acteur/chanteur d’aujourd’hui.
— Le Figaro